Le Blog de Charles Kabuya

UNE NOUVELLE CAPITALE POUR LA RD CONGO? POURQUOI PAS, UN JOUR...

1904057_1399369696996094_128424588_n.jpg

 

Rebondissant sur les réflexions pertinentes de beaucoup de congolais, j'estime pour ma part que cette question peut être posée aujourd'hui.
En effet, Léopoldville (Kinshasa) fut la troisième capitale du Congo-Belge après Vivi et Boma. Et selon les plans coloniaux, elle avait vocation à céder sa place à une ville située au centre du pays, en l'occurence Luluabourg. Ce projet fut d'ailleurs repris dans la constitution avortée de Luluabourg.

A mon avis, le déplacement de la capitale vers une région centrale du pays a plusieurs vertus:

Tout d'abord Kinshasa est devenue une mégalopole trépidante et peu propice au travail politico-administratif serein. Et sa situation géographique externalisée est incompatible avec la centralisation du pouvoir, car elle rend les échanges difficiles avec le reste du pays. 
Ensuite la concentration urbaine de toutes les activités directives du pays, des institutions nationales, des représentations diplomatiques etc. a notamment pour conséquence la pression immobilière insupportable pour les congolais vivant dans la capitale. Acquérir une moindre parcelle est hors de prix si on gagne sa vie honnêtement, et la majorité des kinois ne rêvent même plus d'être propriétaire un jour.
Enfin, la pression démographique, conséquente de l'exode rural, contribue à l'explosion du chômage et de l'insécurité dans la ville, tout en asséchant l'arrière pays de sa force de travail attirée par les lumières illusoires d'une ville où les infrastructures ne suivent plus depuis longtemps la cadence. Conséquences: bidonvilles sans commodités, misère et promiscuité.

Certains pays africains se sont engagés sur la voie du transfert de la capitale politique héritée de la colonisation. C'est le cas notamment de la Côte d'Ivoire avec Yamoussoukro qui est officiellement la nouvelle capitale politique, bien que tout se passe encore à Abidjan, qui a vocation à demeurer la capitale économique. Mais c'est le Nigéria qui a le mieux réussi avec sa nouvelle capitale Abuja, ce qui a permis aux institutions fédérales de se soustraire de l'enfer urbain qu'est devenu Lagos.

Dans le cas de notre pays, je pense qu'il serait judicieux de bâtir une nouvelle capitale, une ville moderne sortie de terre, à l'instar de Brasilia. Cela permettrait d'éviter les conflits fonciers qui nécessiteraient des expropriations sur des terres déjà occupées comme à l'ex-Luluabourg.

Je suggère pour ma par la région de l'ex Port Franqui (Ilebo) qui a l'avantage de se trouver au centre du pays et sur un important affluent navigable du fleuve Congo (donc en contact avec tout le réseau navigable du fleuve, de Kinshasa à Kisangani). En outre c'est l'actuel terminus du chemin de fer qui traverse le pays jusqu'à Lubumbashi, et que l'on peut interconnecter avec les réseaux ferroviaires est-africain et austral. C'est-à-dire atteindre Mombassa via Kalemie, l'Afrique du Sud via la Zambie et le Zimbabwe, ou encore l'Angola jusqu'au port de Lobito, dont la ligne ferroviaire Benguela a été récemment ré-ouverte.

Ce serait un important challenge national qui ré-dynamiserait notre économie par la relance des investissements publics, suivant le modèle keynésien, et créerait des emplois. En outre il ouvrirait de nouvelles perspectives politiques en éclatant le microcosme politique kinois ( république de la Gombe ;-) et favoriserait la reconstruction de notre arrière-pays actuellement en déshérence.

Mais soyons réalistes, pour arriver à matérialiser un tel projet, il faudra d'abord que notre économie soit en mesure de créer suffisamment de richesses pour nous offrir la marge de manoeuvre financière nécessaire.

 

800px-Congo_Transport_Map.PNG



22/07/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 73 autres membres