Le Blog de Charles Kabuya

PEUT-ON NIER L'HISTOIRE?

012092012122443000000JA2696p024_02.jpg

 

Je suis de ceux qui estiment que la politique dite du "recours à l'authenticité africaine", qui fut initiée par le régime de Mobutu au début des années 70, était globalement une bonne démarche, et même un "moment politique" très fort. Il s'agissait essentiellement de se débarrasser des symboles de l'aliénation, de l'acculturation et de l’oppression coloniales. C'est ainsi que furent déboulonnées les statues des dignitaires coloniaux et des explorateurs (dont certains furent des aventuriers impitoyables, voire cruels, avec les populations). C'est aussi dans le cadre de cette politique que les noms des rues furent africanisés et les villes débaptisées pour retrouver leurs appellations pré-coloniales.

Cependant, certaines mesures furent excessives, comme le fait de jeter aux orties les prénoms chrétiens, ou encore celui d'interdire le port des perruques européennes pour les femmes (qui relèvent d'un choix personnel après tout). D'ailleurs on est revenu là-dessus à la fin du régime, même si un grand nombre d'entre-nous portent encore fièrement les post-noms "authentiques"... Notre classe politique en est l'exemple (J-P Bemba Gombo, Augustin Matata Ponyo, Etienne Tshisekedi wa Mulumba etc...) Qu'on le veuille ou non, c'est une survivance de la politique du "recours à l'authenticité" de Mobutu...

Ma réflexion porte sur fait d'avoir débaptisé, dans cette frénésie, certaines villes qui furent fondées par ceux dont elles portaient le nom. Je prends l'exemple de Stanleyville (aujourd'hui Kisangani) qui vient d'une station fondée initialement par Henry Morton Stanley en 1883 près des chutes qu'on appelle Wagenia. Même si Stanley est un personnage controversé, on doit reconnaître que c'est lui qui a créé dans les faits l'Etat indépendant du Congo (notre Rdc actuelle) sur ce territoire habité par des royaumes et tribus bantous plus ou moins apparentés. Le gommer entièrement de notre histoire me semble injustifié.

L'autre exemple est celui de Luluabourg (aujourd'hui Kananga). Là encore la ville fut au départ une station fondée par les explorateurs allemands Paul Pogge et Herman Von Wissmann sur une rive de la rivière Lulua et qui fut dénommée en allemand "Luluaburg", ce qui qui signifie en gros "cité de la rivière Lulua". Personnellement je ne trouve pas la connotation coloniale péjorative qui a justifié sa débaptisation.

Enfin, je peux également évoquer l'exemple de la débaptisation de Coquilhatville en Mbandaka actuelle. Cette ville est née du poste créé par Camille Coquilhat, un lieutenant de Stanley, sur le bord du fleuve, tout près de la ligne de l'équateur. C'est ainsi qu'elle porta le nom du fondateur du poste colonial.

Pour préciser ma réflexion, j'estime qu'il y a lieu de s'interroger sur l'opportunité d'avoir débaptisé certaines villes qui furent créées "ex nihilo", c'est-à-dire lorsqu'il n'existait pas auparavant des groupements ou des villages indigènes sur les lieux; et lorsque les personnages éponymes n'étaient pas sujets à caution à cause de leurs agissements vis-à-vis des populations....

 
Peut-on nier l'histoire? Le débat reste ouvert...



30/07/2014
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres