Le Blog de Charles Kabuya

MI-TEMPS DE CERVEAU DISPONIBLE

FB_IMG_1478078598876.jpg

 
Je suis de ceux qui ont connu l'époque pas si lointaine où les élèves étaient à l'école toute la journée. On commençait les cours le matin, et après une pause à midi, on reprenait jusqu'à 16h. On appelait cela les "deux gongs". C'est le rythme normal dans tous les pays organisés.

 

Depuis plusieurs années, en Rdc on pratique le système d'un seul gong dans presque toutes les écoles. Un groupe d'élèves vient à l'école le matin et termine à midi, tandis qu'un autre n'a cours que l'après-midi. Cette situation fut due au départ au manque de places dans les écoles. Elle a perduré, s'est généralisée et a consacré définitivement le déficit d'infrastructures scolaires dans le pays. Plus rien n'a été fait en terme d'investissements pour y remédier et revenir au système antérieur.

Les autorités et les familles des élèves se sont résignées, et elles ont érigé ce système de scolarité partielle en rythme scolaire normal. D'autant plus qu'avec la précarité économique cette situation arrange les parents qui ne sont pas généralement en mesure de payer un repas à midi à l'élève qui doit rester à l'école toute la journée, sans compter les problèmes de transport dans la tentaculaire ville de Kinshasa... Plus grave, d'autres parents usent opportunément du temps libre de leurs enfants pour leur confier des tâches économiques ou des travaux menagers pour les filles. Loin de l'univers scolaire dans lequel ils devraient baigner la majeure partie de la journée...

 

Ainsi, cette conjonction de la carence de l'état dans les infrastructures scolaires et des difficultés économiques des parents n'a pas laissé d'autre choix que ce fonctionnement "à minima" des écoles pour offrir au plus grand nombre d'élèves quelques heures de scolarité par jour.
C'est comme si le temps de scolarité était un gâteau qu'on partage, une équipe dont on change tous les joueurs à la mi-temps pour donner du temps de jeu à tout le monde.

Sauf qu'il s'agit ici du cerveau, et que lorsqu'on ne le disponibilise qu'à mi-temps pour apprendre, on apprend peu... L'élève ne passe finalement que le 1/4 de la journée à l'école, au lieu du 1/3 dans d'autres pays. Ceci est un désavantage dont les conséquences sont sous-estimées pour les générations futures. D'ailleurs c'est l'une des causes du médiocre niveau scolaire dans le pays.

Mais après tout, dans un pays où on travaille peu, pourquoi apprendre plus?...



02/11/2016
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 73 autres membres