Le Blog de Charles Kabuya

IRONIE ÉCOLOGIQUE...

 

J’ai regardé à la télévision congolaise les images de la visite du célèbre écologiste français Nicolas Hulot à Kinshasa. On a expliqué qu’il est venu évoquer avec nos autorités la question de la protection de certains animaux de notre faune, principalement des éléphants.

 

Mais, Ô ironie, dans le bureau du ministre de l’environnement qui le recevait trônaient deux majestueuses défenses d’éléphants… En regardant ces images insolites j’ai eu envie de me cacher sous mon fauteuil. L’étourderie et le manque de finesse de beaucoup de nos responsables politiques  sont pathétiques.

 

Mais tout cela pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi dramatique. En effet, selon une récente étude du Fonds mondial pour la nature (WWF), les éléphants d’Afrique centrale sont en voie de disparition. Et en ce qui concerne spécifiquement notre pays, la RDC, la population des éléphants qui était estimée à plus d’un million au début du 20ème siècle, a été réduite à 100.000 il y a une vingtaine d’années, et  aujourd’hui on l’estime à environ 7.000 pachydermes seulement. D’après cet organisme mondialement respecté, la situation des éléphants en RDC est une véritable tragédie. L’accélération de cet « holocauste » des éléphants  ces dernières années a également pour cause la détérioration de la situation à l’est du pays, où des groupes armés et des bandes organisées se livrent à l’activité criminelle du braconnage. Le WWF estime qu’à ce rythme il n’y aura plus bientôt d’éléphants en Afrique centrale, car la RDC possède à elle seule 70% de la population des éléphants du bassin du Congo. D’où la sonnette d’alarme a été tirée et des personnalités comme Nicolas Hulot tentent de sensibiliser les acteurs du secteur de la protection de cette faune.

 

Dans cette situation dramatique, exhiber des trophées sous la forme de défenses d’éléphants dans le cabinet du ministre de l’environnement et « PROTECTION DE LA NATURE » est un mauvais signal donné à ceux qui se livrent à l’activité illicite du trafic de l’ivoire. D’autant plus que la RDC est signataire du Traité CITES (Convention du Commerce International des Espèces en Voies de Disparition) qui a classé nos éléphants en son annexe 1 qui interdit tout commerce de l’ivoire congolais.

 

Ma critique ne vise pas à dénigrer qui que ce soit, mais à veiller à ce qu’une image positive de notre pays soit donnée par nos dirigeants. Surtout lorsqu’on a en face de soi un hôte très médiatique et qui a une certaine influence dans la sphère écologiste internationale.

 

Pour ma part je pense que ces trophées ont peut-être leur place dans des collections privées ou dans un musée s’il s’agit d’objets d’art, mais surtout pas chez le ministre « protecteur des éléphants du Congo »



21/06/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 73 autres membres